L’énergie collaborative est-elle le futur des énergies renouvelables ?

L’énergie collaborative est un nouveau mode d’accès à l’énergie, proposé et mis en place par de jeunes start-ups tels que fournisseur d’énergies ekWateur. Le mode de fonctionnement du système est simple : il regroupe au sein d’une communauté, des consommateurs désireux d’être écoresponsables et de se servir d’une énergie verte, telle l’énergie solaire ou le biogaz. Ensemble, ils négocient par le biais de prestataires ou de producteurs d’énergies renouvelables une offre à bon prix, laquelle est associée à une expertise-conseil au quotidien.

D’où vient l’idée de l’énergie collaborative ?

L’idée de mettre en place un système d’accès à l’énergie verte pour tous a été empruntée au modèle de l’économie collaborative, que les spécialistes appellent également « Ubérisation ». Le but de l’économie collaborative, c’était de consommer un bien donné de manière responsable, à moindre coût, en respectant l’environnement et sans passer par les grosses entreprises du secteur. Le concept a eu beaucoup de succès, comme c’est le cas avec le covoiturage instauré par la société Uber et le modèle de logement participatif proposé par Airbnb.

Il est désormais exporté et adapté dans le domaine énergétique parce qu’en général, accéder à l’électricité ou au gaz des fournisseurs comme EDF coûte généralement cher. Avec l’énergie collaborative, il est aujourd’hui possible, non seulement d’avoir du biogaz ou de l’électricité d’origine solaire à bon prix, mais aussi d’avoir des solutions d’éclairage à efficacité énergétique.

 

Les grands avantages de cette forme d’énergie

Les énergies renouvelables, et en particulier l’énergie solaire ou hydraulique, sont de plus en plus exploitées en France. Or, beaucoup de particuliers qui ont installé des panneaux solaires photovoltaïques disposent d’énergie en trop grande quantité. Au départ, EDF était le seul prestataire à racheter cette énergie supplémentaire, qu’il revendait à d’autres particuliers. Mais avec le modèle de l’énergie collaborative, le panel des acheteurs s’est diversifié, et en plus, les futurs consommateurs peuvent s’associer pour accéder à l’énergie, afin de dépenser moins. Ils peuvent également s’associer pour installer un seul bloc de panneaux solaires photovoltaïques afin d’alimenter plusieurs logements. C’est plus simple, moins cher pour chaque foyer et plus économe. Et bien sûr, le service après-vente est assuré par des professionnels présents dans le réseau.

Et ce n’est pas tout : le système est également valable pour le biogaz. Le biogaz, plus précisément le biométhane, n’était pas encore aussi connu en France que l’électricité produite à partir de l’énergie solaire. Toutefois, grâce à l’énergie collaborative, il commence à être vulgarisé et à être de plus en plus consommé, pour le plus grand bonheur des consommateurs qui peuvent se chauffer ou s’éclairer écologiquement et à bon prix.

 

Le concept va-t-il se développer ?

Il est certain que le concept de l’énergie verte partagée pour tous et à moindre coût va se développer. En effet, les start-ups qui interviennent dans ce domaine ont pensé à une offre globalisée : non seulement les membres du réseau consomment entre eux l’énergie produite, mais ils partagent également leurs savoirs et compétences.

De ce fait, on se retrouve dans un modèle vertueux, où toutes les ressources sont exploitées pour le bien commun. Dans les grandes villes, il peut sembler difficile d’étendre un tel système, mais dans les régions rurales, l’énergie collaborative reste une alternative intéressante pour les citoyens et un moyen sûr de faire adopter l’usage des énergies renouvelables dans leur ensemble. On peut donc affirmer, sans risque de se tromper, que les réseaux de particuliers bousculent déjà des réseaux électriques.

Mieux, de grandes institutions comme l’Agence de l’environnement ou les Voies navigables de France ont fait le choix de l’énergie verte partagée, comme des milliers de consommateurs. Cela prouve que le système est crédible et a certainement de beaux jours devant lui.

Réponses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+